Mes aventures à l'Interactive Media Lab de l'IIM

J'ai la chance de participer au projet de showroom / laboratoire de recherche de l'Institut International du Multimédia.

L’Interactive Media Lab est le laboratoire de recherche de l’Institut International du Multimédia – Léonard de Vinci, situé à La Défense dans le département des Hauts-de-Seine. Son objectif est de réaliser des projets de recherche pluridisciplinaires avec des scientifiques, des artistes et les étudiants de l’Institut à autour de trois thèmes complémentaires : les créatures artificielles, la complexité et les interfaces 3D.

Depuis quelques semaines, je passe mes vendredis après-midi à jouer avec les applications développées par les chercheurs et des étudiants.

C'est très très sympa.

Je manipule ce qu'il y a à l'écran avec deux briquets. Ca doit être interdit alors on ne le refera surement plus.

Apparemment, je tyrannise un élève.

Je tente de faire "l'homme en feu".

Je joue à "la femme sans tête".

J'ai un bouton "Panic" que l'on doit tenir à ma disposition.

Que vous pouvez trouver .

Etrangement là, sur cette photo, nous sommes en train d'interagir avec une application !

Je passe beaucoup de temps à écouter et à faire des remarques caustiques.

L'Interactive Media Lab est dirigé par Jean-Claude Heudin, auteur du livre "Les créatures artificielles" publié chez Odile Jacob.

Il y a bien sûr plein d'autres "jouets" et travaux de recherche en cours. Pour voir si vous pouvez vous faire inviter à visiter l'Interactive Media Lab >> le site web est probablement votre meilleure chance. :-)

3 questions et demie à Grégoire Diehl, Architecte D.P.L.G

Je dis souvent que je travaille dans le web comme un architecte travaille dans le batiment. Nos métiers sont-ils si identiques ? Pouvons-nous apprendre de leurs siècles d’expérience ?

J’inaugure avec Grégoire ma section « les interviews du vendredi ». Aujourd’hui 3 questions et demie à un architecte D.P.L.G

Vous dites : "On ne fait pas l'architecture tout seul." Alors qu'apporte les autres ? Pourquoi pas seul ? Comment intégrer les autres ?

Le chef d’orchestre ne joue pas sa symphonie tout seul ; l’Architecte est le chef d’orchestre du bâtiment. Construire un bâtiment est une action politique-administrative-sociale-technique... et architecturale !

  • Les politiques sont les garants du domaine publique, de ce que voient leurs électeurs.
  • L’administration veille au respect des réglementations urbaine (hauteurs, accessibilité), sécuritaire (incendies), patrimoniale (protection de l’histoire), environnementale (paysage -thermique- acoustique - énergétique – sismique)
  • Les utilisateurs représentent la dimension sociale : habitus-comportements sociaux-cultures
  • La technique permet de faire fonctionner le bâtiment : ce sont nos ingénieurs économistes, structure et fluides-réseaux.

L’architecte se doit donc d’intégrer ces données et nous aimons, de plus, faire converger en interne différentes pensées qui étoffent nos modes de production des concepts : artistes, photographes, écrivains, publicitaires..)

Le seul vrai moyen d’intégrer tout ce petit monde, c’est le DESIR du PROJET et l’EMOTION de l’architecture.

Y'a-t-il une place à l'itératif dans le bâtiment ?

Dans le web, on créé de plus en plus de projets "agiles" sur le mode itératif. C'est à dire que l'on va faire des plus petits lots de développement, le soumettre au client, le soumettre au public, corriger ce petit lot, le mettre en ligne, puis créer un autre lot, etc. Ceci permet de mettre des choses en ligne plus rapidement. Cela permet aussi de voir si c'est bien ce que le client ou le public attendait, puis de revoir une petite partie de sa copie et de ne pas avoir à tout refaire...
Le bâtiment a des siècles d’expérience. Le mode de construction itératif existe-t-il' ?

Non, l’itératif est très peu pratiqué dans le bâtiment ; en général, l’architecte reçoit un programme très précis des usages qui se lient avec les réglementations et autres contraintes connues (coût !) et officielles. Le projet se façonne dans une arborescence décisionnelle assez classique. C’est sans compter sur la magie du projet d’architecture qui consiste à miraculeusement mettre en musique tous ces instruments. Le bon projet d’architecture est une ligne rouge puissante et fédératrice (voir feu de camp) qui permet d’intégrer les volontés de tous.

Le seul domaine dans lequel vous trouverez de l’itératif, c’est dans les projets urbains et leurs nouvelles méthodes de concertations publiques et il en résulte souvent des « non projets » puisque personne ne prend une position dominante. L’itératif est la ruine du projet d’architecture.

Vous dites : « L'origine de l'architecture n'est pas la cabane, mais le feu de camp. » Pourriez-vous me parler de cette image ?

Le feu de camp illustre notre vision de l’architecture qui est un système (inter)actif plutôt qu’un objet design fini. C’est le centre plutôt que le cercle, l’origine plutôt que le système. Ici pas de beau/laid, bien/mal, l’architecture donne une profondeur de champs humaine. Le feu évolue dans le temps et diffuse un potentiel spatial graduable qui permet la liberté d’interaction pour l’utilisateur. Le feu de camps est généreux, il donne un horizon de liberté. Il est « core » (smoothcore) autour duquel se « plug » et se fabriquent les usages. Dans un bâtiment moderne, les feux, ce sont les circulations (escaliers – ascenseurs) ou les pièces techniques (cuisine – salle de bain – rangements – réserves – archives – stockages livres – régie son lumière – locaux techniques – bornes de branchement etc.). Une fois ces feux de camp positionnés (noyaux durs), la spatialité prend une grande liberté, dans le temps, dans la forme, dans les usages, dans l’évolutivité..

Autour d’un feu, la vêture, la peau, la façade prennent alors d’autre significations que celles trivialement imposées par la cabane. Le feu de camps est une épaisseur active, un seuil épais, une profondeur de champs.

En moyenne, combien de fois par jour prononcez-vous le mot "utilisateur" ? (ou un synonyme :-)).

Nous utilisons très souvent le terme d’utilisateur puisque c’est lui qu’il faut changer. Faire évoluer l’utilisateur, c’est déjà faire de l’architecture.

Ma petite conclusion :

C’est bien philosophique, tout ça ! Je ne suis peut-être pas comme un architecte dans le bâtiment !! Ce que je retiens principalement ;

  • La notion de feu de camps. Que c’est la vie et la fonction de quelque chose qui créé toute l’architecture qu’il y a autours.
  • Que faire évoluer l’utilisateur, c’est déjà faire de l’architecture'.' Dingue, c'est vrai à tellement de niveaux !''

La petite bio de Grégoire :

Grégoire Diehl pratique le métier d’Architecte. Diplômé P.L.G. en 1995 à l’Ecole des Beaux Arts de Paris, il est lauréat la même année du concours d’idées pour la nouvelle école des Beaux Arts de Pékin présidé par Odile Deck. Après avoir travaillé deux ans sur un chantier à Berlin, il collabore avec les agences internationales Arquitectonica et Architecture Studio.

Grégoire Diehl fonde smoothcore architects en 2000 à Paris. Le terme smoothcore est basé sur la tournure littéraire de l’oxymoron qui provoque l’utilisation d’idées très opposées dans le projet d’Architecture pour créer l’émotion et le désir.

L’agence pratique le métier à la fois en construisant pour des promoteurs et en répondant activement aux concours d’idées internationaux. Ce double travail sur le concept/concret et le global/local crée une synergie qui garantie la qualité des projets.

Grégoire Diehl est critique invité et conférencier, notamment à l’Ecole des Beaux Arts de Paris, l’Ecole d’Architecture de Paris Malaquais, à l’Ecole Nationale des Arts Décoratifs de Paris, à l’Ecole d’Architecture de Marne la Vallée, à Tulane University à la Nouvelle Orléans et à l’University of Illinois de Chicago.

Merci Grégoire !

Splendide opération de steet marketing par Quechua

Maintenant que les médias sont passés à autre chose, je peux en parler.

Squat de la Bourse, 24 octobre 2007

2 ans après l'opération leur marque et leurs produits viennent seulement de disparaître du tout Paris.

Répondre à un appel d'offres

Répondre à un appel d'offres, c'est comme de jouer à la piñata !

Répondre à un appel d'offres, c'est comme de jouer à la piñata.

Sans le jeu de question-réponse qui sont la clé d'une stratégie internet efficace. Une stratégie internet n'est efficace que si en interne les équipes sont capables de l'implémenter. Et ça, comment je peux le savoir sans leur poser de questions ? Je ne veux pas passer 10 jours à faire un document qui va partir à la poubelle.

Et il est hors de question que mes concurrents aient accès à mes questions.

Paul Bocuse dit : Avez-vous goûté aux plats que vous servez ?

Paul Bocuse, chef de renom, 3 étoiles depuis plus de 43 ans, nous dit : "Il faut goûter de temps en temps aux plats que l'on sert, même quand les plats ne sont pas nouveaux. Si les cuisiniers goûtaient plus souvent, ce serait meilleur."

Vous connaissez, peut-être, mon goût pour aller piocher mon inspiration dans d'autre discipline que le web.

Alors appliquons ce conseil au web :

  • Ouvrez vos statistiques.
  • Regardez les phrases-clés par lesquelles les internautes sont arrivés sur votre site.
  • Tapez ces phrases-clés dans Google ou autre moteur.
  • Voyez où vous êtes placé, ce que les internautes ont vu.
  • Posez vous la question "Est-ce que c'est bon ?", "Est-ce que je donne aux internautes ce qu'ils veulent ?", "Suis-je le seul ?", "les avantages de ma solution sont-ils perceptibles depuis ces pages ?"...
  • Améliorez votre site en conséquence.

Vous voulez augmenter un peu le challenge ?

Prenez une phrase-clé qui correspond vraiment à votre positionnement mais dont le taux de rebond est à 100%. Posez-vous la question "Mais pourquoi partent-ils aussi vite alors que mon site devrait leur donner ce qu'ils veulent ? Allez voir, testez les pages..."

Quand faire ce type d'exercice ?

Une fois par mois, avec les statistiques du moment. Les résultats des moteurs de recherche changent de plus en plus souvent. Il vaut mieux faire l'exercice dans un écosystème équivalent. Bref, il vaut mieux goûter au plat quand il est chaud.

Je veux des tests utilisateurs et des tests A / B

Assez des réunions et des argumentations qui ne servent à rien.

Les utilisateurs répondent à bien des questions que nous pouvons nous poser lors des réunions projets. Faites des tests utilisateurs et des tests A/B, ça nous fera gagner du temps et de l'efficacité.

Comment choisir un outil de gestion de contenu ?

Choisir un outils de gestion de contenu, c'est comme choisir un moyen de transport.

Il existe autant de formes de logiciels de gestion de contenu qu'il existe de moyens de transport.

  • Des vélos de location : les plates-formes de blog de type wordpress.com et typepad.com
  • Une large panoplie de voitures 4 places gratuites ou payantes mais qui à la fin coûtent toujours. De Joomla à Noheto-Wedia... c'est par un plan de financement sur 3 ans que l'on voit celui qui vaut le cout, pour nous.
  • Les autocars, les paquebots et les avions qui ne sont pas forcement proportionnellement adaptés à nos besoins de tous les jours.

Le challenge est finalement de voir la différence entre ces outils. Il est aisé de voir ce que permettent les moyens de transport cités ci-dessous. Quelles sont les questions que nous nous posons lorsque nous choisissons un moyen de transport ?

  • Combien de personnes ai-je à transporter ?
  • Combien de personnes puis-je transporter avec ce moyen de transport ?
  • Jusqu'où peut-il m'amener ?
  • Quelle est sa réputation ?
  • Suis-je en sécurité ?
  • Est-il performant ?
  • Dans quelles situations de confort ?
  • Est-ce qu'il me plaît ? Plait-il à tous ses futurs utilisateurs ?
  • Est-il facile d'accès ?
  • Qu'en est-il de sa consommation ? de son entretien ?
  • Ait-il aisé de le faire réparer ? Y-a-t-il du monde pour le réparer ?
  • Les pièces détachées seront-elles faciles à trouver dans les années à venir ?
  • A-t-il tous les trucs qui font que l'on a envie de "vroom vroom" quand on est aux manettes ?
  • Pourrais-je le partager ou le refiler à mes enfants facilement ?

Vous pouvez vous poser les mêmes questions pour choisir votre logiciel de gestion de contenu. Si avez des difficultées à voir la différence entre un CMS de type Xantia et un CMS de type DS, appelez-moi. :-)

Personnellement, je roule à vélo. :-)

Quand l'Atelier.fr m'interview

En reboot et nettoyage du disque dur, du 26 avril au 4 mai 2008

Bye !

Dingue, HARIBO fait du bonbon publicitaire

Vu sur le site de Vegea

De retour de Limoges, du WIF 2008 (moi = fan du WIF)


Limoges, Limoges, 2 jours d’arrêt.


Arrivée dans la bulle du WIF, lire le Festival International du Webdesign. Bel effet wouah ! Je crois que les chauffeurs ont du s'arrêter assez souvent pour que l'on puisse prendre des photos. :-)


Le WIF une énorme compétition de 24 heures avec des équipes du monde entier.


Le WIF, c'est aussi des conférences.

Devinez qui était parmi les conférenciers ? Bon au WIF, le niveau est plutôt haut, on parle entre pros. Alors le sujet de la conférence « Appliquer les théories de l’évolution aux modèles de navigation ». Mon powerpoint comme promis


Les notes de Louis. Il est super Louis, il fait des dessins, tout le temps. Retrouvez sur son blog toutes ses illustrations du WIF.

Le WIF est organisé par la région du Limousin alors on a super bien été reçu. Les expériences culinaires étaient à l’ordre du jour :

De la viande ! Bien sûr, comment ne pas parler des célèbres limousines... Mon interrogation du moment : "Pas de trace du logo du CIV ???".


Il y avait du fromage.


Et des expériences un peu… particulières. Habituée à laisser des commentaires, j’ai préféré prévenir les suivants. Quelques heures plus tard, le post-it avait disparu mais pas les roulettes de... Je crois que c'est une spécialité du coin.


... du Jazz.

Du réseautage (très serieux), comme toujours autour d'une bière :

Leslie et Daniel de San Francisco. Ca tombe bien j’ai un voyage à préparer. Je ne pensais pas le faire à Limoges ! Non ce n’est pas Hugh Grant en photo. C’est Daniel de Lead Designer de Digg. Il nous a appris plein de trucs sur la gestion de commentaires et des retours utilisateurs.
Prochaine étape : Diggnation ;-)


Des compétiteurs polonais, je crois...


Hervé de DailyMotion, qui m’a raconté plein de trucs super pour illustrer les besoins en accessibilité. Entre Hervé et Daniel, ils savent bien la difficulté que c’est d’intégrer des modifications sur des sites à super fortes audiences.


Gabriel, du Figaro.fr qui est fan de la Chine et va m’aider à trouver de nouveaux modèles de navigation dans le là-bas numérique.


Mr Fing, mon héros.

Petites questions du samedi matin en voyant les panneaux :
Mais, où suis-je ?

Un énorme bravo à toute l’équipe du WIF, en bonne franchouillarde que je suis : « je suis fière de vous ». Kevin, Aude, Caroline, et tous ceux que je connais de visages.

Le WIF j’adore, alors je lance un fan club sur Facebook, vous aussi vous aimez le WIF, inscrivez-vous… et puis l’année prochaine « on ira voir les vaches ? ».

Sur le site web du WIF, les résultats de la compétition. Personnellement je suis super d'accord avec l'équipe japonaise. Je viens de faire une présentation sur les théories de l'évolution (!), et l'email ne devrait pas vraiment évoluer dans les 12 années à venir. Regardez les lettres n'ont pas vraiment évoluées depuis combien d'années ?

Si vous envoyez 10 balles d'un coup à quelqu'un combien va-t-il en attraper ?

Encore un concept du marketing, applicable à l'ergonomie des sites web .

Si vous envoyez 10 balles d'un coup à quelqu'un combien va-t-il en attraper ?

Si vous les envoyez une par une, combien va-t-il en attraper ?

Ma recommandation aux éditeurs de site : "Ne cherchez pas à tout dire d'un coup. Allez y graduellement, cela vous posera moins de problème d'architecture et cela correspondra plus à ce que les utilisateurs sont capables de prendre à la fois."

Appels visio, un marché de niche ?

Un jeune couple de sourds-muets se parlent en langage des signes grâce à la fonction visio de leurs téléphones mobiles.

Bike in the city sur e-citizen.tv

Quand e-citizen.tv m'interview à propos de Bike in the city.

Dans cette vidéo, j'explique qui est Léah, pourquoi je fais un projet sur le vélo, si le vélo est un bon plan drague...

Pour ceux qui n'ont pas accès à la vidéo, une retranscription sera publiée sur le site de Bike in the city d'ici quelques temps. Une petite photo :
J'ai surnommé cet interview la mèche. C'est mon côté Dr House, ENTP. ENTP est un profil de personnalité ultra-créatif qui parfois se fiche de certains détails, comme d'avoir un vieil épis sur la tête à la télé.

Merci Alix, merci Thomas d'e-citizen.tv, j'ai hâte de voir votre nouveau site web.

Consultant ou insultant, quel est mon métier ?

Annette, consultante organisationnelle irlandaise, reprend les mots du guru en Management Manfred Kets de Vries et nous dit : "Suis-je consultante ou insultante ?".

Manfred ne se pose même plus la question. Il se présente comme un insultant.

Je les rejoins bien là. Pour faire mon métier, il faut identifier rapidement les objectifs, les possibilités. Tout ce qui est sur notre passage est remis en question et souvent écarté... parfois quelque peu... brutalement.

Il y a quelques années, mes phrases étaient pleines de pirouettes "nous vous invitons à", "nous vous conseillons...", "vous pourriez éventuellement"... Maintenant mes phrases sont beaucoup plus courtes. C'est plus "Faites-ci, Faites-ça parce que raison 1, raison 2 et raison 3."

La méthode douce ne fonctionne pas lorsqu'il s'agit de dépasser :

  • les peurs,
  • les habitudes/bêtises organisationnelles,
  • les hypothèses non fondées,
  • les objectifs stériles,
  • les gue-guerres internes,
  • les argumentations non-orientées utilisateurs,
  • les efforts qui ne sont pas rentables,
  • et les questionnements inutiles qui font perdre du temps,

Pourquoi ?

  • Beaucoup de gens ont besoin d'être mis en insécurité pour commencer à réfléchir.
  • Si j'utilise des phrases trop longues, pleines de belles formules, mes interlocuteurs n'arrivent pas à suivre l'idée.
  • L'impact émotionnel est beaucoup plus fort, ce qui aide à la mémorisation de l'événement, de l'idée.
  • Le discourt étant rythmé de super positif comme de super négatif. Ecouter devient une expérience, pleine de surprises.

D'où cet impression d'être une insultante. Ce n'est pas du tout personnel, c'est juste que nous sommes payés pour aider les organisations à y voir plus clair. Nous ne sommes pas payés à rester dans leurs propres modèles de pensées. Bref, nous ne sommes pas payés à faire les moutons. :-)

Je ne suis pas encore tout à fait prête à mettre sur ma carte de visite : Patricia Gallot-Lavallée, Insultante Internet. Ca fait un peu... :-)


Experience Designers INC.

Notre objectif, générer l'émotion

Et que vos utilisateurs fassent cette tête

Tête de : “Ca m'intrigue ! ” - crédit photo : grekopict - Fofolia

Nos services :

  • Consulting, audit
  • Brainstorms, séminaires
  • Recommandations et implantations de solutions.
  • Voir notre offre

Contact

Les différents moyens pour
nous contacter :

Localisée à Tahiti, Polynésie Française
patricia@experiencedesigners.net
Tel : +689 87 35 87 65

Newsletter :

Twitter | Facebook | LinkedIn | RSS | Flickr